Historique - bernanos

Aller au contenu

Menu principal :

 

Les premières traces d'occupation humaines remontent à l'aire gallo-romaine. Diverses trouvailles ont été faites sur le territoire de la commune, aux environs de l'actuelle 
Rue des Romains (le long du Canal). La ville portait le nom de Caturiges. Il en est par ailleurs fait mention sur la Table de Peutinger.

Il semble cependant que la ville n'ait vraiment commencé à se développer qu'à partir du haut Moyen Âge, avec la construction d'un château.
Baptisée Bar-le-Duc en référence au duc de Bar, elle est capitale du comté puis duché de Bar (quand il devient un duché en 1354). La ville prend le nom de Bar-sur-Ornain pendant la Révolution.

Les comtes puis ducs de Bar étaient vassaux du roi de France depuis 1301 pour la rive gauche de la Meuse. Bar-le-Duc faisait partie de ce territoire et ses habitants en profitaient pour faire appel au Parlement de Paris lors de divers litiges.

En 1419 le traité de Foug prévoit le mariage de l'héritier du duc de Bar avec l'héritière du duc de Lorraine. Désormais les deux pays, tout en gardant leur identité, auront un même souverain qui portera le titre de "Duc de Lorraine et de Bar".

Charles IX passe dans la ville lors de son tour de France royal (1564-1566), accompagné de la Cour et des Grands du royaume : son frère le duc d’Anjou, Henri de Navarre, les cardinaux de Bourbon et de Lorraine. La ville appartient alors aux Guise qu’il faut séduire.

Le 21 février 1604, le Parlement de Paris rend un arrêt au profit des habitants des villes basses et faubourgs de Bar et bourg de Longeville, qui faisaient appel d'une décision du duc de Lorraine et de Bar Charles III au sujet de l'imposition de certaines taxes, qui avaient été décidées par une assemblée du clergé et de la noblesse à laquelle le tiers-état n'avait pas été convoqué.

Le 26 juillet 1789, la foule massacre le marchand de grains Pélicier, riche notable de la ville, lors d'une émeute de subsistance.

À l’issue des guerres de la Révolution, les coalisés occupent la ville de 1815 à 1818 (traité d'Aix-la-Chapelle).

Culture et personnalités de la ville

Le visiteur commencera sans doute son périple par la Ville Haute et son quartier Renaissance où demeuraient les riches familles de l'époque. L'Église St-Étienne (avec Le
Squelette, sculpture de Ligier Richier) et la Place St-Pierre (Palais de Justice, anciennes halles...), au centre de cette petite cité, ont un attrait certain. Vous pourrez également profiter des belvédères et du Musée tout proche installé dans la dernière aile du château encore debout. L'Avenue du château longe les anciens remparts du château dont une seule tour (la tour Heyblot) est encore debout, admirer le belvédère sur le collège Gilles de Trèves (Renaissance). L'avenue permet d'accéder à la ville basse, qui est certes moins attractive (maisons plus populaires) mais elle abrite l'essentiel des commerces et des bâtiments administratif ainsi que quelques monuments remarquables : Le pont Notre-Dame, L'église Notre-Dame et de magnifiques maisons renaissance rue du Bourg.

Notons qu'en été, une scènographie lumineuse permet de redécouvrir totalement certains monuments à la nuit tombée : Église Saint-Étienne, Préfecture.

Personnalités
  • Gilles de Trèves (1515-1582), doyen de la collégiale Saint-Maxe, dote Bar-le-Duc d'un collège qui porte son nom et il fait bâtir le château de Ville-sur-Saulx.
  • Jean Errard (c.1554-1640), ingénieur militaire
  • Didier Dounot (1574-1640), mathématicien.
  • Nicolas Charles Oudinot (1767-1847), maréchal d'Empire, commandant les grenadiers de la Garde.
  • Isidore Exelmans (1775-1852), général sous Napoléon, il remporte la dernière victoire de l'Empire, le 1er juillet 1815 à Vélizy et à Rocquencourt. Il obtient le bâton de maréchal sous Napoléon III, en 1851.
  • Pierre et Ernest Michaux (1813-1883 et 1842-1882), inventeurs du vélocipède à pédales.
  • Charles-Maurice Ernest Jacquelot de Moncets (1838-1906), général de division.
  • Jules Develle (1845-1919), 12 fois Ministre de la IIIe République.
  • Jacques Onfroy de Bréville dit Job (1858-1931), illustrateur de livres d'enfants
  • Raymond Poincaré (1860-1934), 10e président de la République française, de janvier 1913 à janvier 1920.
  • Émile Bréhier (1876-1952), historien et écrivain.
  • André Grandvalet dit Ded Rysel (né 1903), comédien, surtout de radio (La famille Duraton) † 1975 à Paris
  • Didier Gustin imitateur français, né le 26 avril 1966.
  • Sophie Thalmann née le 7 mai 1976, animatrice de télévision et Miss France 1998

 
Retourner au contenu | Retourner au menu